ezscript_require( 'cnil.js' )

Tribune politique du groupe des élus démocrates, écologistes, centristes et citoyens

Groupe des élus démocrates, écologistes, centristes et citoyens
7bis, rue Devosge 21000 Dijon
06 14 79 34 69 / 03 80 23 38 14 ♦ groupeelusdeccdijon@gmail.com

Septembre 2021

La rentrée est déjà là !

Même si le temps a joué des tours dans le ciel dijonnais, l’été a été marqué par un retour aux plaisirs de saison en essayant de respecter la tranquillité de tous.
Cette année, malgré la crise sanitaire, la ville de Dijon a redoublé d’efforts pour proposer de nombreux rendez-vous aux Dijonnais(es) et aux visiteurs.
Grâce à l’extension temporaire et gratuite des terrasses et les animations qui ont eu lieu tout l’été sur les places emblématiques de la Cité des Ducs (les concerts, guinguettes et marchés de jeunes créateurs dans le cadre des Jeudi’jonnais, le village olympique, le Brunch des Halles de Dijon, Grésilles en fête, le critérium cycliste…), le coeur de ville ainsi que nos différents quartiers ont retrouvé le chemin de la convivialité.

Nous n’en n’oublions pas pour autant la lutte contre le Covid qui est toujours présent.

Certains évènements majeurs n’auront pas encore lieu cette année, comme le concert de rentrée si précieux pour les Dijonnais(es). Mais l’espoir de retrouver enfin notre mode vie est permis grâce aux vaccins.

Rassurez-vous, cette fin d’année 2021 et le début de l’année 2022 réserveront encore de bons moments à vivre et des avancées pour tous nos concitoyens : l’inauguration de la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin, la rénovation du quartier de la Fontaine d’Ouche….

Enfin, nous pouvons nourrir de réels espoirs dans la lutte contre cette pandémie en s’appuyant sur les vaccins, les gestes barrières et le pass-sanitaire.
Au-delà d’être caricaturé comme une restriction des libertés, le pass-sanitaire est un véritable outil de santé publique pour baisser la circulation du virus, sauver des vies tout en reprenant les activités si chères à notre vie culturelle et sociale.

Chaque citoyen doit se sentir responsable face à ce virus et disposer des meilleures armes pour se protéger ainsi que ses proches. C’est un combat que nous devons mener tous ensemble.

Meilleure rentrée à tous

Juillet-août 2021

La violence, sous toutes ses formes, est intolérable.

Notre République et nos institutions sont fragilisées. Les violences physiques ou verbales dont font l’objet de trop nombreux élus, responsables publics, syndicaux, fonctionnaires, policiers ainsi que l’agression du Président Emmanuel Macron ou du Maire d’Ouges, Jean-Claude Girard, en sont des exemples flagrants.

Nous devons le respect aux institutions de l’État car elles sont garantes de notre liberté et de notre vivre ensemble.
Il est impératif de respecter les termes d’un mandat confié et d’accepter les responsabilités déléguées qui en découlent. Il est notamment du devoir des partis politiques d’opposition de le rappeler sans cesse. Les convictions ne peuvent pas cautionner la violence.

Ces violences nous interrogent malgré tout car elles sont le signe d’une démocratie malade.

D’abord parce que nous observons la persistance de ce type de comportements qui freinent le développement de la culture démocratique, alors que leurs auteurs affirment le contraire.

Et ensuite, parce que les populismes de tous poils et de tous bords provoquent ce type de réactions. Avec le développement des réseaux sociaux, nous n’avons pas les moyens démocratiques d’une modération équilibrée.

Aussi sur cet incendie, l’État lutte avec des lois, tel un avion Canadair sur un feu quand “en même temps” des pompiers pyromanes l’arrosent à l’essence des réseaux sociaux.

Nos institutions sont confrontées à ces phénomènes de manière de plus en plus récurrente et ils sont renforcés par la puissance des réseaux sociaux qui, bien que n’étant pas la source du mal, fragilisent clairement la République.

Face à ces violences qui touchent tous les français, face à l’indignation qu’elles représentent, le problème de fond reste. Il nous revient d’accompagner l’instauration de cadres de concertation et de démocratie participative. Mais il convient de toujours souligner le rôle des institutions, qui sont les seules en mesure de défendre de façon pérenne l’intérêt public et de bâtir des solidarités égalitaires.

Juin 2021

D’après l’INSEE, les femmes représentent la moitié des actifs mais seulement trois créateurs d’entreprises sur dix.

Fin avril, la Ministre en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances a lancé dans notre région un appel à projet national en faveur de l’entreprenariat au féminin valorisant des actions innovantes favorisant l’autonomie économique réelle (entreprenariat, création ou reprise d’entreprises), l’insertion professionnelle des femmes (notamment celles éloignées du marché du travail) et la promotion de la mixité dans des secteurs identifiés comme non mixtes (numérique, aéronautique, environnement).

Autonomie réelle, insertion professionnelle et développement de l’entreprenariat féminin sont aujourd’hui au cœur des politiques publiques.
La crise actuelle nous a tous contraints à repenser nos modes de vie et de travail : engouement pour des villes vertes et à taille humaine comme Dijon, reconversions professionnelles en quête de sens, le numérique générant télétravail, commerce en ligne ou encore émergence de nouvelles activités. Et les femmes dans tout cela ? En France, le taux de féminisation de l’entreprenariat ne dépasse pas 30%, quand il est de 48% aux Etats-Unis. Certes de plus en plus nombreuses, l’entrepreneuriat féminin doit progresser dans nos territoires, à la faveur d’un plan de relance soucieux de l’égalité des chances.

Ainsi, Dijon soutient les associations favorisant la création d’entreprise au féminin. Il faut aller plus loin et faire connaître, pour leur meilleure appropriation, tous les dispositifs publics existants, dans une volonté de simplification et d’un maillage territorial clair.

Notre Ville et Métropole ont un rôle à jouer avec les acteurs locaux concernés pour optimiser le parcours des porteuses de projets (continuum administratif, managérial, financier…). La sensibilisation à la mixité de nos partenaires économiques doit également être renforcée. Enfin, dès le plus jeune âge, déconstruisons les préjugés en valorisant la créativité et les vocations entrepreneuriales des écoliers.

Moyen d’émancipation économique et levier pour le développement, la croissance et l’innovation, les entrepreneuses sont un atout majeur dans notre pays, dans notre Métropole et dans notre Ville.

Mai 2021

Le gouvernement va tenir ses promesses. Que ce soit avec le vaccin Astrazéneca, Janssen, Pfizer ou Moderna, plus de la moitié des français seront vaccinés à la fin juin puis tous en septembre 2021. Même si beaucoup de nos concitoyens trouvent que cela ne va pas assez vite tellement le sentiment de compréhensible saturation se fait intense.

Si nous prenons exemple sur Israël, ayant au jour de l’écriture de cette tribune 58 % de sa population vaccinée : ce pays envisage d’arrêter le port du masque et de retrouver une vie normale, c’est-à-dire redevenue « la norme » avec terrasses, lieux de culture et vie sociale.

La stratégie vaccinale de la France est sur la même dynamique bien que très entravée par les polémiques sur la rapidité des injections et la qualité des vaccins... Pour nous, tous ces vaccins sont bons, même s’il faut regretter les accidents vaccinaux intervenus avec les vaccins à adénovirus inactivés. Une telle « sur-réaction » médiatique provoque des débats et entraîne de facto des retards fort pénalisants.
Plutôt que de soupçons, nous devrions couvrir d’honneurs les inventeurs de ces vaccins car, grâce à eux, nous verrons la lumière au bout du tunnel en seulement 18 mois !

En lieu et place des controverses stériles, l’unité nationale devrait primer face à une pandémie mondiale totalement inédite. Malheureusement, ceci est occulté par la « lutte des places » à l’approche des différentes échéances électorales.

Actuellement, le gouvernement s’attache à relocaliser la production de vaccins. Les collectivités locales, quant à elles, effectuent un important travail de soutien en organisant des vaccinodromes comme celui que la ville de Dijon va ouvrir au Zénith.

L’État protège l’économie « quoiqu’il en coûte » et a permis d’éviter le pire pour beaucoup d’entre nous. La métropole de Dijon accompagne utilement cette démarche tant pour les entreprises, grâce à sa connaissance plus fine du tissu économique local, que pour les citoyens fragilisés. N’oublions pas que nous traversons, selon certains économistes, la pire crise depuis 1929.

Aussi, à ceux qui sont pressés de se faire vacciner, tenez bon et à ceux qui sont contre la vaccination, prenez le temps de revenir sur votre décision… pour nous tous !

L’horizon s’éclaircit !

Avril 2021

« L’écologie est un acte de citoyenneté »

Élus engagés, nous sommes persuadés que pour réussir, l’écologie et la préservation de l’environnement doivent être l’affaire de tous.

Aujourd’hui, plus aucune formation politique, syndicale et professionnelle ne nient l’urgence climatique. D’autres pays n’en sont pas encore là.

Ainsi, les plus grandes avancées l’ont été via des « partis traditionnels » comme la loi littorale, le Grenelle de l’environnement, la COP21, la loi contre le gaspillage et l’économie circulaire ainsi que la volonté du Président de la République d’intégrer la préservation de l’environnement dans la Constitution.
À Dijon, notre place sur le podium de capitale verte européenne n’est pas un hasard.

Avec la mise en place d’une politique volontariste de création de vergers en libre maraude, la création d’îlots de fraîcheur, la prochaine création de micro-forêts comme véritables pièges à carbone, le refus des pesticides, le développement des réseaux de chaleur urbains, la création d’unités à hydrogène pour une flotte de véhicules moins polluante, la filtration pointue des eaux usées, la réhabilitation de l’habitat et la mise en place de mobilités douces (trams, bus, vélos et voitures en autopartages,…), les efforts financiers, humains et sociaux sont concrets.

Cependant, refusant de parler « d’arbres morts » de Noël, nous continuons de promouvoir la production de sapins locaux, collectés, recyclés et gages d’emplois.

Nous refusons d’imposer uniquement des repas végétariens dans les cantines, mais créons des filières courtes avec des producteurs locaux, de qualités et en reconversion en bio. En effet, les agriculteurs et éleveurs sont aussi les jardiniers de nos campagnes et n’ont, comme nous, aucun intérêt à détruire ce patrimoine agricole et gastronomique.

Enfin, nous refusons d’interdire le passage du Tour de France à Dijon car, bien qu’imparfait et devant continuer à évoluer, il est une véritable vitrine populaire des terroirs français et participe à la promotion du vélo. Notre vœu, voté au conseil municipal, permet ainsi à Dijon de candidater prochainement comme ville-étape.

Notre groupe continuera ainsi à agir en faveur de l’environnement sans vouloir la faire passer pour une idéologie qui exclut.

Mars 2021

La Journée internationale des droits des femmes, dont le thème est cette année « Leadership au féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 » a une résonance particulière. Elle met en lumière les incroyables efforts déployés par les femmes pour façonner un futur et une relance plus égalitaires suite à la pandémie. A Dijon, comme dans tout le pays, les femmes ont été particulièrement exposées aux risques face à cette crise : elles occupent en effet majoritairement les métiers en contact avec le public et ont de fait été davantage exposées aux risques de contamination. Elles ont aussi subi une hausse de la charge de travail pendant le confinement voire la dégradation de leurs conditions de travail (cf. étude INED du 16 juin 2020), tandis que la fermeture des écoles s’est traduite pour près de la moitié d’entre elles par plus de 4 heures de tâches domestiques supplémentaires, doublée d’une charge mentale élevée. Enfin, la vie familiale sous tension a généré une augmentation des violences contre les femmes, notamment les plus précaires.

Partout où la vie des femmes et des filles doit changer, il nous faut agir concrètement. De par notre proximité avec les citoyens, notre intervention municipale est plus que jamais déterminante dans la déconstruction des stéréotypes de genre et dans la réalisation concrète de l’égalité entre les femmes et les hommes, pour rebondir et sortir « par le haut » de cette crise. Pour éviter aux femmes d’attendre des décennies pour atteindre l’égalité de rémunération, avec un plan de relance économique adapté et égalitaire.

Chaque jour du mandat que nous ont confié les Dijonnaises et les Dijonnais doit être un 8 mars, permanent et exigeant. Car l’égalité est un choix moral, un choix économique, un choix politique. C’est tout le sens de la délégation à l’Egalité femmes-hommes et à la Lutte contre les violences faites aux femmes mise en place par le Maire de Dijon et son conseil municipal dès juillet 2020.

Février 2021

L’année 2021 débute comme s’est conclue l’année 2020 ! Malgré la montée en puissance de la vaccination des plus fragiles, notre territoire reste soumis à un couvre-feu contraignant qui interfère grandement sur la vie professionnelle, familiale et économique.

Cette période reste cruciale quant à la diminution de l’impact de la crise économique et sanitaire sur l’emploi, l’activité économique et les interactions sociales.
Ainsi, l’État, la Région, le Département, la Métropole Dijonnaise et la ville de Dijon ont mis en place, en synergie avec les réseaux consulaires et les organisations professionnelles, une politique de soutien économique et de préservation des emplois.

Depuis plusieurs semaines, l’État et les collectivités, aidés de l’UE, ont déployé sur notre territoire une partie des 100 milliards d’€ du plan de relance pour le monde économique et la préservation de l’emploi. À l’échelle de Dijon Métropole, 1,5 M€ d’aides aux entreprises et de soutien à l’économie de proximité, dont plus de la moitié a été débloquée. Au niveau régional, des enveloppes globales ont été allouées : 51,5M€ afin de soutenir les entreprises et l’innovation, 17,5M€ pour consolider l’économie de proximité et l’Économie Sociale et Solidaire, la création d’un « fonds de relocalisation » de 20 M€ pour financer des investissements massifs notamment en faveur de la transition écologique et 10M€ fléchés sur la formation professionnelle. En complément, l’État maintient pour les entreprises le fonds de solidarité, les prêts garantis avec la possibilité de différé de remboursement, le dispositif de chômage partiel, le plan de soutien aux exportateurs, les délais de paiement voire pour certains secteurs les exonérations des cotisations sociales, le différé d’amortissement, l’aide au paiement des loyers, …

Malgré cet effort sans précédent, tout reste perfectible. Chacun peut nous faire remonter des situations ayant échappé « au filet » des plans de soutien. Communication renforcée

Janvier 2021

À l’occasion de ce début d’année, nous ne pouvons que ressentir un certain soulagement à laisser derrière nous ces 12 mois qui furent très difficiles.
La pandémie de la Covid 19 qui a touché des centaines de milliers de personnes nous a conduits à repenser nos façons de vivre, nos comportements et modes d’action.

Si l’on ajoute à cela les violences urbaines et démonstrations abjectes qui ont pu secouer notre ville, les terribles attentats qui ont frappé un professeur, Samuel PATY, et plusieurs personnes à Nice, nous sommes nombreux à penser que cette année n’a que trop duré.

L’année 2021 est porteuse d’espoir grâce aux vaccins annoncés. Il est de la responsabilité de chacun d’agir en tant que citoyen et de se faire vacciner.
Depuis notre prise de fonction, la majorité municipale s’est saisi des urgences sanitaires, sociales et économiques afin d’en diminuer les effets mais surtout de préparer un avenir plus serein, durable et prospère.

En ce début d’année, des aides nationales et locales soutiendront le monde économique dijonnais. Notre collectivité continuera d’accompagner de nombreux foyers impactés.

Ce plan d’urgence ne pourrait éclipser la nécessité impérieuse de lutter efficacement contre le dérèglement climatique. C’est dans ce cadre que notre municipalité a initié de vastes plans de réhabilitation d’éco-quartiers, de vergers urbains et de transformation verte de nos mobilités afin que nous soyons à la hauteur de vos attentes.

Garante de la bonne gestion financière et de la non-augmentation des impôts, notre municipalité s’attachera à doter Dijon d’éléments majeurs quant à son attractivité, comme la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin.

Enfin, l’année 2021 sera, conjointement avec l’Etat, celle de la lutte contre toutes formes de violences, notamment celles faites aux femmes, en renforçant les effectifs, la formation et l’équipement des forces de l’ordre.
Nous vous souhaitons une très belle année 2021, synonyme de solidarité et de grandes ambitions communes.
Prenez soin de vous.

Décembre 2020

Le 9 novembre dernier, deux laboratoires annonçaient des premiers résultats encourageants quant à la mise en place d’un vaccin efficace contre la Covid19. Même si cela ne doit pas être considéré comme acquis, cela nous laisse entrevoir la fin de cette pandémie courant 2021. Cependant, nous devons collectivement rester vigilants afin que le nombre de victimes soit contenu et que ce cataclysme économique et social soit le moins lourd possible. En amont d’une vaccination massive, nos entreprises, commerces et artisans doivent passer le second confinement. Notre collectivité a décidé depuis le printemps d’accompagner ces structures et d’abonder le fond régional dédié à la sauvegarde de l’activité et de l’emploi. Il permet notamment d’alléger les charges fixes. En complément du plan de relance du gouvernement, l’engagement citoyen est primordial.

La qualité de vie dijonnaise repose grandement sur l’attractivité de nos entreprises et le dynamisme de nos commerces de proximité. Grâce notamment à Shop-in-Dijon, de nombreux commerçants proposent un système de « Click and Collect » qui permet de régler des achats en ligne et de les retirer en magasin ou par voie postale. Nos artisans restent disponibles par téléphone ou par e-mail et certains restaurateurs proposent des repas à emporter. Nous devons nous adapter en ne perdant pas de vue que nos rues pourraient se transformer en « allées aux rideaux fermés ». Dans ce cas, ce serait un drame pour le bien-être dans notre ville et apocalyptique sur l’emploi et la précarité.

Par le passé, de nombreuses villes dynamiques et prospères ont été détruites par des épidémies. Seul un engagement massif en faveur de nos commerçants, artisans et entreprises locales permettra à Dijon de rester un moteur dynamique de l’emploi dans une région déjà durement touchée par les précédentes crises économiques. Notre ville a de nombreux talents, notamment grâce à ses habitants.

Profitons des festivités prochaines pour relever ensemble ce défi majeur.

Dijon sur le web, c'est aussi...